Menu
Menu

Meet the makers : Dimitri Van de Bremt, ingénieur architecte

Dimitri est un féru des découpeuses laser ! Grâce à elles, il crée des objets déco simples et élégants. Découvrez son portrait !

Quel maker es-tu ?

Depuis tout petit j’aime bricoler et le fait de fabriquer de petites choses m’a ouvert l’appétit et m’a donné cette envie de toucher à tout.

Je suis ingénieur architecte et durant ma formation j’ai appris à utiliser certaines machines comme l’imprimante 3D ou la découpeuse laser afin de réaliser des maquettes par exemple.

Du coup, je pense que ça m’a pris pendant mes études car j’ai découvert que les machines me permettaient de passer du dessin théorique à quelque chose de presque parfait. C’est cette quasi perfection que je trouve intéressante par rapport au travail à la main qui nécessite un vrai talent pour être précis et où une frontière existe entre ce qui est réalisable et ce qui ne l’est pas.

Après, certaines personnes ont des dons et savent les exploiter. Personnellement je me considère comme débrouillard mais je ne suis pas assez doué de mes mains pour réaliser tout ce que je voudrais. C’est pour cela que les machines m’ont toujours attirées, car elles représentent une sorte de solution pour moi.

Comment es-tu arrivé au fablab ? Qu’est-ce qui t’a motivé à venir ?

J’ai d’abord été dans un autre fablab mais il était assez loin de chez moi. J’ai vite cherché un endroit plus proche et je suis tombé par hasard sur le cityfab 1. J’ai bien aimé la structure et l’organisation. Dans d’autres fablabs que j’ai fréquenté, il n’y avait pas vraiment de supervision. Quand les machines cassaient, elles le restaient longtemps, je n’avais pas beaucoup de conseils et  beaucoup de gens venaient sans qu’il y ait un horaire précis. Tu te retrouves souvent sous pression avec quelqu’un qui attend derrière toi que tu finisses. Ici, tu fais ta formation machine, tu réserves une plage horaire, tu viens et tu te lances.

Pour toi un fablab c’est …

C’est l’accès à des machines ainsi qu’ à un espace de bricolage dédié qu’on ne peut pas se payer en tant que particulier et qu’on n’a généralement pas chez soi en vivant à Bruxelles. C’est également un espace de partage de connaissances avec les autres makers qui peut être très intéressant.

Là par exemple, nous avons lancé un appel pour un projet dans le bureau d’architecture dans lequel je travaille. Raphaël a répondu et s’occupera de fabriquer les socles avec du plastique recyclé à Anderlecht tandis que le cityfab 2 a répondu pour réaliser l’impression des maquettes. C’est donc un bel exemple de partage de connaissances et d’économie circulaire car on travaille avec des Bruxellois, avec des matériaux créés à Bruxelles et dans les cityfabs qui sont subventionnés par la Région bruxelloise.

Quels sont les avantages du cityfab 1 ?

La qualité de l’espace. C’est grand, c’est propre, les machines sont de qualité et les gens sont sympas. C’est convivial et je passe de bons moments quand je m’y rends, que ce soit avec d’autres utilisateurs ou avec les fabmanagers.

Comme je l’ai dit précédemment, je trouve également que le cityfab 1 est bien organisé, ce qui te met dans les bonnes conditions. Les machines sont rarement hors-service et si une panne survient, elle est rapidement réglée…

Ton conseil à une personne qui n’est jamais venue au fablab ? et aux makers ?

De venir au moins une fois pousser la porte pour découvrir le potentiel de l’endroit. Il y a toujours des objets qui trainent et qui peuvent te donner des idées de ce qu’il est possible de faire. Souvent, on se dit que ce ne sont que machines compliquées, qu’il faut apprendre à dessiner, etc., mais au final il y  a des choses assez basiques qui sont très facilement réalisables.

Puis il y a aussi des brasseries juste à côté, des petits marchés, etc., c’est sympa.

Quelle est ta machine de prédilection ? Pourquoi ?

La découpeuse laser car c’est la machine que je maîtrise le mieux et qui me permet de faire ce que j’ai envie pour l’instant.

Par la suite, j’apprendrai certainement à mieux utiliser la fraiseuse numérique CNC. J’ai déjà fait la formation mais je n’ai pas encore totalement sauté le pas.

Que crées-tu ?

Je fais des décorations murales, des petites décorations en 2D principalement. Des cadres, des cartes de Bruxelles ou des sous-verres par exemple. Tous des petits éléments décoratifs en 2D avec de la gravure et de la découpe laser. J’aime beaucoup faire des luminaires aussi.

J’ai commencé en faisant des petits cadeaux pour des amis et petit à petit des gens qui aimaient ce que je réalisais m’ont demandé si c’était possible que je leur crée ceci ou cela.

As-tu d’autres projets au cityfab 1 ?

Pour moi, ça reste principalement un hobby. Trouver des projets à réaliser ou même des clients me permet de concrétiser ce hobby.

J’aime ça de base et si plus tard je pouvais réaliser du mobilier en passant sur la fraiseuse numérique CNC pour travailler sur des épaisseurs de bois plus grosses, etc., pourquoi pas ?

Pour découvrir l’univers de Dimitri, rendez-vous sur son compte Instagram !

Si vous aussi, vous avez envie de vous former à la découpeuse laser ou à une autre machine, jetez un œil à nos formations🙂

Fabulous Shop

Le Fabulous Shop ouvrira ses portes le samedi 30 avril ! Cette boutique collaborative éphémère vous proposera des créations belges nées dans les fablabs (et notamment chez nous !).

Lire plus

Tutoriel DIY au fablab – Personnaliser un coffret à stylos pour la fête des mères

À l’aide des découpeuses laser des cityfabs, il est très facile de personnaliser un objet en le gravant avec du texte ou un dessin. Dans ce tuto, nous allons voir comment graver du texte dans du bois afin de réaliser un cadeau personnalisé pour la fête des mères. Il est tout à fait possible de personnaliser plein d’autres objets avec la même technique à condition de jouer avec les réglages de la machine.

Lire plus

Meet the makers : Ambroise de Changy

Ambroise de Changy est le jeune créateur derrière le concept Gibbidy, une marque belge proposant de la décoration d'intérieur alliant écologie, originalité et jeux de lumières.

Lire plus

Tutoriel DIY au fablab – Fabriquer un tampon encreur

DIY : Comment fabriquer un tampon encreur soi-même. Pour ce tuto, nous allons utiliser la découpeuse laser. Cette machine permet de graver, marquer et couper différents matériaux : bois, tissus, plexiglas, caoutchouc… C’est LA machine phare des fablabs… Elle permet de réaliser toutes sortes d'objets assez facilement. Ici, nous allons réaliser un tampon encreur. Un petit objet idéal pour customiser faire-part, invitations, textiles ou autre.

Lire plus

Meet the makers : Bernard Declercq, sculpteur

Bernard Declercq nous parle de son expérience au fablab et de comment l'utilisation d'un tel lieu lui permet de garder le contrôle sur son processus de production en lui offrant la possibilité de faire aboutir les phases de recherche de ses projets.

Lire plus

Tutoriel DIY au fablab – personnaliser un sac en toile

DIY : Comment personnaliser un sac en toile soi-même. Ici, nous allons utiliser la technique du flocage, une méthode permettant le marquage par transfert thermique. C’est une façon simple de customiser vos vêtements, sacs et textiles en tout genre ! C’est aussi une technique idéale pour redonner un nouveau look à des vieux vêtements ou pour personnaliser les tote bags qui s’accumulent chez la plupart d’entre nous depuis quelques années…

Lire plus

Le “DIY” aux cityfabs

Le DIY, cette tendance revenue à la mode ces dernières années, ne fait que se développer et s’applique à de plus en plus de domaines. Par nécessité économique, prise de conscience environnementale ou encore car on ressent le besoin de libérer sa créativité, fabriquer par soi-même apporte l’agréable sensation du travail accompli et un attachement aux objets créés plus important par rapport à des objets achetés.

Lire plus

Meet the makers : Dimitri Van de Bremt, ingénieur architecte

Dimitri est un féru des découpeuses laser ! Grâce à elles, il crée des objets déco simples et élégants. Découvrez son portrait !

Lire plus

Meet the makers : Lucien Tigrine, artiste pluridisciplinaire

Lucien est un jeune artiste pluridisciplinaire qu’on peut qualifier de « touche-à-tout ». Si vous venez au cityfab1, il y a de fortes chances que vous le croisiez en train de tester la gravure laser sur un nouveau support ou en train de chipoter sur les imprimantes 3D pour créer des luminaires.

Lire plus

Meet the makers : Atelier Jean Dujardin

L'Atelier Jean Dujardin a été fondé en 2015 par un menuisier passionné. Particulièrement intéressé par tout ce qui touche à l'économie circulaire, il essaie de réemployer un maximum de matériaux pour les revaloriser et leur redonner une nouvelle vie !

Lire plus